Isolation thermique par l’extérieur : un autre exemple

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

M. GAUTHIER souhaitait rénover sa maison afin de réaliser des économies d’énergie. Il avait 2 problématiques : isoler ses combles et les murs pignons. S’agissant d’une maison achetée sur plans il y a plusieurs années, les problématiques d’isolation n’avaient pas été prises en compte, et il n’y avait qu’une faible épaisseur de laine de verre dans les combles, dont la performance avait réduite à zéro par le tassement. Les pignons n’étaient constitués que de plaques de placo en intérieur, un vide de 4cm et le bardage en extérieur. Comme les chambres sont situées à cet endroit, pendant les périodes hivernales, la facture de chauffage était énorme. M. GAUTHIER a réalisé les travaux lui-même avec l’aide d’un de ses voisins artisan dans le bâtiment. Il a commencé par monter un échafaudage, point à ne pas négliger dans l’approche financière et dans l’aspect sécurisation des travaux.

Comme la maison n’a pas été prévue pour que les combles soient habitables, il n’y avait pas d’accès par l’intérieur pour pouvoir faire l’isolation. Les tuiles étant d’origine, il était temps d’en changer. Elles ont donc été retirées, permettant ainsi l’accès aux combles par l’extérieur.

Un peu de nettoyage avant de se lancer dans l’isolation.

L’isolation a été réalisée en 3 couches de 10cm de laine de bois, semi rigide (densité de 45Kg/m3). Au final, l’isolation atteindra un coefficient de résistance thermique de R= 7,89 m2.K/W. Voici la 1ere couche, déposé sur toute la surface. On a veillé à faire ressortir les boîtiers de dérivation.

Et voici ce que ça donne avec 30cm. Il avait été conseillé de croiser les couches d’isolant afin d’éviter tout pont thermique (une couche dans le sens de la longueur, la couche suivante dans le sens de la largeur). Mais, pour des raisons pratiques d’accessibilité, cela n’a pas été possible.

Pour le pignon, là aussi il a été choisi d’intervenir par l’extérieur. Le bardage existant a été déposé, un isolant de laine de bois de 60mm a été déposé entre les chevrons de la structure, sur lesquels ont été disposés des panneaux de fibre de bois parepluie de 22mm. Cette fibre de bois haute densité est imprégnée au latex afin d’éviter que la pluie ne pénètre. Ils sont rainurés avec languettes, permettant un emboîtement de chaque panneau, garantissant l’étanchéité.

Comme les panneaux parepluie ne sont pas aussi résistants à l’arrachement que des panneaux en bois, on utilise des tasseaux pour les fixer sur la structure existante. Ce sont donc les tasseaux qui sont vissés, à travers le parepluie, sur la structure porteuse.

Ensuite, il ne reste plus qu’à visser des tasseaux dans le sens vertical afin de pouvoir fixer le nouveau bardage en mélèze.

Et voilà le résultat final :  

Pour tous renseignements :

Matériaux naturels d’Ile de France, 3 Rue des Deux Communes 93100 Montreuil – tél : 01 48 51 76 08 – email : mnidf93@gmail.com - site : www.mnidf.fr

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces tags XHTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <blockquote cite=""> <code> <em> <strong>